Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Mariage muslman: Que doit faire l'épouse face à un conjoint impuissant ?

Posté par: Youssoupha Mine| Lundi 22 février, 2016 22:02  | Consulté 475 fois  |  0 Réactions  |   

Il est avéré que le fondement de tout couple, dans les liens du mariage, c’est la relation sexuelle. Cela implique un homme viril, c’est-à-dire qui peut avoir une érection et une femme en parfaite état de santé, pour que le mariage puisse être consommé.

Au Sénégal, les gens, que ce soit les proches ou les amis et les voisins, ont tendance à s’immiscer dans la vie privée des personnes. Il n’est pas rare d’entendre quelqu’un s’interroger sur le pourquoi du célibat de telle ou telle personne. Il m’arrive de me demander si c’est bien eux qui allaient jouir des ‘’délices’’ du mariage, à la place de la personne sujet à ces ‘’pressions’’ qui ne s’expliquent pas.

Voilà qui a fait plusieurs victimes. Des hommes qui, persécutés, par le ‘’qu’en-dira-t-on’’ ont fini par s’engager dans  le mariage, alors qu’ils n’étaient pas virils. Certains sont nés impuissants. Mais d’autres, par contre, l’ont été au cours de leur vie, alors qu’ils vivaient, harmonieusement, en couple avec leurs épouses. C’est le sort de ces dernières dont il est question, dans cet article. En effet, devant l’impuissance des époux, quel est le droit de la femme, en islam ? Que doit faire celle-ci, conformément à la loi musulmane ? Autant de questions qui vont trouver leurs réponses, dans les lignes qui suivent. Des réponses fournies par quelques érudits dont Shaikh Al-Islam ibn Taymia qui a précisé que «le contrat de mariage implique que l’homme puisse jouir totalement de son épouse, où il veut et quand il veut…sauf dans ce qui a été interdit ou ce qui cause du tort (à l’épouse). L’on peut citer, entre autres, la sodomie. De même que le contrat de mariage implique que la femme possède une dot équivalente à la dot des femmes semblables à elle, et qu’elle ait droit de jouir totalement de son époux. Et s’il est émasculé ou impuissant elle peut demander l’annulation du mariage (faskh), comme cela est connu chez les salafs et les juristes connus», (Majmu’ Al-Fatawa 29/94).

Shaikh Al-‘Uthaymin dit : «L’impuissance est quelque chose qui arrive. Et beaucoup d’hommes perdent le désir, si bien que leur sexe ne se dresse plus. C’est cela l’impuissance. Celui a qui cela arrive doit patienter, Allah dit : «Pour ceux qui font le serment de se priver de leurs épouses, il y a un délai d’attente de quatre mois. Et s’ils reviennent (sur leur serment) celui-ci sera annulé, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux ! Mais s’ils se décident au divorce, Dieu est Omniscient».

Si quatre mois s’écoulent et qu’il n’a rien décidé, le juge annule le mariage. Comment (certains) peuvent dire, alors que nous savons avec certitude qu’il n’a pas de rapport avec son épouse, que celle-ci n’a pas le choix et doit rester avec lui ? Ce qui est juste, c’est que l’impuissance existe, et que si cela arrive, l’épouse a le choix (de rester ou de partir).

Si quelqu’un s’interroge afin de comprendre : Comment pourrait-elle avoir le choix sur quelque chose qu’Allah (Swt) a prédestiné à son mari, sans qu’il puisse choisir ? Nous disons que cela est parmi les épreuves qui atteignent l’homme. Si celui-ci est atteint par une épreuve, il ne doit pas en faire souffrir d’autres. Si l’homme ne dépense pas pour son épouse, elle peut demander l’annulation du mariage.

Alors, qu’en est-il pour ce qui est plus important que les biens matériels ? Beaucoup de femmes ne sont pas intéressées par les biens matériels. Ce qui leur importe, c’est de jouir de leur mari, d’avoir des enfants. Et il se peut même que ce soient-elles qui prennent en charge leur mari. Donc, l’avis authentique est que si l’impuissance survient et que l’on sait que cela est incurable, la femme peut demander l’annulation du mariage. Mais si c’est quelque chose de passager, on ne lui permet pas de demander l’annulation du mariage. Car, on ne désespère pas qu’il puisse de nouveau avoir des rapports sexuels», (Sharh Al-Mumti’ 5/265).

On a demandé à shaikh Al-Albani : «Une jeune femme a épousé un homme, mais il s’est avéré qu’il était impuissant. Elle a patienté un an et demi, afin qu’il guérisse. Mais les docteurs ont dit que (dans son cas), c’était incurable. Elle a donc demandé l’annulation du mariage. L’époux a refusé et lui a demandé de rester un an supplémentaire. Peut-elle refuser (ce délai supplémentaire) ou y a-t-il dans la sunna quelque chose qui vienne préciser ?

En réponse à cette question, il a répondu, selon le site bakkah.net : «Allahu ‘alam (Dieu Swt Seul sait), d’après ce que je sais, je ne connais rien dans la sunna qui vienne préciser, mais elle a le droit de refuser (ce délai supplémentaire)», (Silsila al-huda wa nur 729).

 L'auteur  Youssoupha Mine
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Youssoupha Mine
Blog crée le 31/03/2015 Visité 88157 fois 20 Articles 392 Commentaires 4 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires